Le patois de Villaroger

Histoires vraies

André Clerc, Gilbert Emprin. 

C'est dur le patois

C’est dur le patois
De ma porte, je vois Maurice laver sa voiture au karcher. M’ayant rendu service quelques jours plus
tôt, je me propose de lui rendre service à mon tour en passant sur la carosserie la peau de chamois.
Je vais le voir et lui dit en patois :
« Assou na pèl dè samu ? »
Je le vois décrypter ce que je viens de lui dire et il traduit à haute voix :
« As tu un appel du Samu ?»…..
A Nancruet sur le chemin de randonnée quelques personnes discutaient, dont deux devant une
bétaillère et en retrait un homme et son chien. A notre approche le chien aboie. Je lance un « kèyjitè
braka » suffisamment fort pour me faire remarquer. En effet, l’homme devant la bétaillère me
demande :
« Ah, vous êtes du Pays » et je me glisse dans la conversation qui avait pour sujet la cohabitation
du loup et des moutons.
En partant je lui dit « Vo alâ vini a la fessa dè Nosra Dama d’Ou’ a Vlarodjè »
Et lui de me répondre « La fessa, zou la fay’ u lyèt »
Et le citadin tout fier de dire « Ah ! J’ai tout compris ! Vous voulez faire la fête au Yèti ! »